Que reste-t-il de l'éolienne ?

 

menu
Accueil
1950-1955 : prototypes
Le choix du site
La construction
Photographies EDF ou BEST
L'accès au site
L'implantation du site
L'équipe
Caractéristiques techniques
L'éolienne commentée
Vues de l'éolienne
Gros plans sur l'éolienne
La station de mesures
Le basculement de l'éolienne
1959 : Record de production
Démontage du générateur
Quelques chiffres
Documentation
1966 : la mise à la ferraille
Que reste-t-il de l'éolienne ?
Eoliennes de grande puissance
Où sont les archives ?
Lucien Romani
L. Romani et l'O.N.E.R.A.
Le rapport Rauline et la N.A.S.A.
Remerciements
Quelques liens éoliens
Mentions légales
Carte du site
Qui suis-je ?

En octobre 1977, j'ai eu l'occasion de retourner sur le site de l'éolienne qui avait, onze ans durant, été au second rang mondial des éoliennes en termes de puissance effective et qui demeurait, vingt ans plus tard, dans le top five des aérogénérateurs jamais réalisés par l'homme. Elle était à cette date l'éolienne la plus puissante construite en France et en Europe. J'y ai fait ces photos des socles en béton que les agriculteurs de Vaubrun, propriétaires du terrain, n'ont jamais dynamité alors que les emplacements de minage avaient été prévus dès la construction de la station en vue de leur démolition.

Ayant appris depuis, par des visiteurs de ce site web, que les vestiges étaient toujours en place, j'y suis retourné en 2011. Depuis que l'IGN permis à Google Maps d'utiliser ses photographies aériennes, j'ai pu la localiser : les cinq massifs de béton sont toujours visibles (voir tout en bas).

Je suis retourné montrer le site à mes enfants et petits enfants en 2014. J'ai alors constaté que des arbres avaient été plantés pour protéger les restes de l'éolienne et éviter à l'agriculteur de Vaubrun d'avoir à les contourner à chaque labour.

Le 21 septembre 2019, la Maison du Tourisme de Nogent-le-Roi à organisé une exposition sur le Patrimoine Industriel Nogentais où des panneaux illustraient - entre autres - l'éolienne de Nogent. J'y ai été invité ce qui m'a permis de rencontrer des nogentais qui avaient connu la machine. Roger Tempête m'a remis des photos de cette époque. Monsieur Gilles Cherdlé, agriculteur de Vaubrun m'a appris que ni lui ni ses prédécesseurs n'avaient voulu dynamiter les restes de l'éolienne souhaitant en garder le souvenir. Gilles Cherdlé est le neveu du Monsieur Cherdlé qui était membre de l'équipe.

A cette occasion, j'ai également appris, qu'en 2007, lors du tracé de la déviation de Nogent-le-Roi, un remembrement avait eu lieu et que le Conseil Départemental d'Eure-et-Loir avait décidé d'aquérir ce terrain historique. C'est lui qui a planté des arbres pour marquer le site.

Les restes photographiés en 1977

   
Eolienne_032_01.png
Eolienne_032_02.png
Au loin les cinq massifs de béton.
Les socles avant (Nord) et le socle arrière (Sud) vus sous le même angle que sur la photo de la page d'accueil du site.
 
Eolienne_032_03.png
Eolienne_032_04.png
Au premier plan le socle du treuil Nord.
Le socle Nord droit et l'escalier pour accéder à la nacelle.
Sur la deuxième marche (en partant du bas) on voit un orifice prévu pour dynamiter le socle une fois l'éolienne démontée.
 
Eolienne_033_01.png
L'échelle permettant d'accéder au treuil Sud qui était posé sur le socle.
 

Les restes en 2011

   
La route de Courville en 2011 Les environs
Au premier plan et au centre le socle en béton du treuil Nord. A gauche et à droite, les socles des pieds avant du tripode. L'ensemble sous un autre angle. On voit les socles des deux pieds Nord, celui du pied Sud, et, en arrière-plan, le socle du treuil Nord.
 
Vue des socles des pieds du tripode et du treuil Nord.

Les socles des pieds Nord du tripode et, sur le socle Nord gauche (au premier plan) l'escalier pour accéder à la nacelle. On voit distinctement l'orifice ménagé pour placer les pains de dynamite à la fin des essais.

 
Un des socles Nord Mêmes socles vus sous l'angle opposé
   
Le socle du pied Sud et ce qui reste du dispositif de verrouillage. Le socle du pied Sud.
 
Gros plan sur le socle du pied Sud et le dispositif de fixation de la platine de verrouillage.

Point d'ancrage du câble de traction et retenue sur le socle.
La cosse donne une idée du diamètre du câble qui y était attaché.

 
Élément du dispositif de verrouillage. Idem vu en gros plan.
 
Socle du treuil Nord et l'échelle pour accéder au treuil. Socle du Treuil Sud.
 
Socle Sud vu sous un autre angle.
Sur le bord gauche on aperçoit partiellement le socle du treuil Sud.
Autre vue.
 
Vue générale. Clin d'œil : six éoliennes modernes dans le lointain.
(Cliquez sur les photos pour les voir à leur taille réelle).
 
Les restes de l'éolienne vus depuis l'espace.
 
Agrandir la vue
Source : Google maps.

Les cinq plots en béton sont visibles à 100m d'altitude en 2011.

Les vestiges de l'éolienne vus en Street View (Google Maps)
Au premier plan : le treuil nord ; puis les deux blocs de béton des pieds nord ;
au milieu le pied sud et, en arrière-plan, le treuil sud.


Dernière mise à jour : 18-May-2021 13h26 CEST

Retour en haut de la page
Retour en haut de la page