Lucien Romani

 
1909 - 1990

menu
Accueil
1950-1955 : prototypes
Le choix du site
La construction
L'accès au site
L'implantation du site
L'équipe
Caractéristiques techniques
L'éolienne commentée
Vues de l'éolienne
Gros plans sur l'éolienne
La station de mesures
Le basculement de l'éolienne
1959 : Record de production
Démontage du générateur
Quelques chiffres
Documentation
1966 : le ferraillage
Que reste-t-il de l'éolienne ?
Eoliennes de grande puissance
Où sont les archives ?
Lucien Romani
L. Romani et l'O.N.E.R.A.
L'éolienne et la N.A.S.A.
Remerciements
Quelques liens éoliens
Mentions légales
Carte du site
Qui suis-je ?

Rapporter un bug, un lien mort ou autre chose...
mail
favoris
Eolienne_057_01_s.png

Biographie sommaire :

La seule biographie de Lucien Romani que je connaisse, est un curriculum rédigé par lui-même et qu'il qualifie de « subjectif ». Il est daté du 6 décembre 1983. Ce « Curriculum Subjectif » a été publié par l'Association pour la Création et la Diffusion Scientifique en décembre 1991

On y apprend que Lucien Romani, né en 1909, est expédié par ses parents à la campagne durant la première guerre mondiale. C'est à l'école du village qu'il passe son certificat d'études primaires, le seul diplôme qu'il ait jamais obtenu. Par la suite, dit-il, il étudia au petit bonheur et seulement ce qui l'intéressait. Ses lectures favorites sont les livres de la bibliothèque de son frère ainé Gaston Romani, astronome amateur; l' « Astronomie Populaire » et « Cyrano de Bergerac ».

Entre les deux guerres, il gagne sa vie comme commis d'architecte. Bon joueur de jeu d'échecs amateur, il est le principal collaborateur d'une revue mensuelle spécialisée.

Il écrit, un jour, à l'astronome Henri Mineur pour lui soumettre un projet de « compteur d'étoiles sur cliché » qui, écrit Lucien Romani, séduisit Mineur. Toujours est-il que sur la recommandation de celui-ci, Le Professeur Joseph Péres l'engagea au Laboratoire d'Analogies Electriques de la Sorbonne. Il travailla clandestinement durant toute la guerre dans les sous-sols de l'Ecole Normale Supérieure sous l'autorité du mathématicien Henri Villat.

« Dépourvu de diplômes et rebelle à toute hiérarchie », il décida de créer en 1946 son propre bureau d'études et d'en confier la gestion administrative à son ainé Gaston Romani. Le Bureau d'Etudes Scientifiques et Techniques (BEST) avait son siège rue Léonidas dans le 14ieme arrondissement de Paris. Le BEST et qui a compté jusqu'à une quarantaine de personnes, fonctionna en autofinancement durant vingt-ans.

En 1966, l'arrêt de l'éolienne de Nogent-le-Roi, l'échec du projet d'éolienne à deux rotors ; le décès, vers la même époque de son frère Gaston conduisirent le BEST à la liquidation.

Lucien Romani fût alors nommé Directeur Technique à la Soufflerie Eiffel, rue Boileau, à Paris 16ieme (Aérodynamique Expérimentale).

Il devait mettre fin à ses jours en 1990.

L'oeuvre de Lucien Romani :

Lucien Romani a été particulièrement prolifique et éclectique. On lui doit des écrits quelque peu iconoclastes dans des domaines très variés. Comme il l'écrit lui-même, il est « cyclothymique » et n'a guère de discipline. « Je passe n'importe quand, à ma fantaisie, de la Physique à la Biologie, de la Biologie à l'Astronomie [...]. Dans n'importe quel domaine, je n'ai qu'un but : atteindre la vérité. Tant pis si elle déplaît, tant pis si elle choque, tant pis si elle indispose. [...]. Je n'attache pas la moindre importance au consensus des mandarins et de leurs élèves ni à l'argument d'autorité ».

Avec un pareil caractère, on conçoit que Lucien Romani ait pu se lancer dans des écrits aussi divers qu'une « tentative de rénovation de la Physique théorique » (rien que ça !) ou une « Théorie Générale de l'Evolution » où il balaye le néo-darwinisme d'un revers de main sans porter la moindre attention aux résultats concrets et tangibles de la génétique fondamentale. S'apercevant que la méthode cartésienne ne suffit pas, il en développe deux autres : l'une qu'il appelle « amalgame » est anticartésienne (elle regroupe deux problèmes plus ou moins connexes pour les résoudre d'un seul coup); l'autre dite « analyse parallèle » est neutre, c'est une promotion du raisonnement par analogie.

Cet « autodidacte raté », comme il se qualifie, aurait pu n'être qu'un Professeur Nimbus illuminé. Il se trouve - et il est curieux qu'il n'en parle pas dans son autobiographie - qu'il maîtrisait parfaitement l'aérodynamisme et plus généralement tout ce qui touchait de près ou de loin au vent. L'ACDS, dans le document qu'elle a publié sur l'Œuvre Scientifique de Lucien Romani, décompte une cinquantaine de brevets déposés par Lucien Romani, entre le 23 mai 1947 (« Dispositif hypersustentateur pour voilure à forte flèche vers l'arrière », brevet 1.000.856) et le 4 avril 1978 (« Perfectionnement aux générateurs d'énergie », brevet 1.422.226). L'intégralité de ces brevets porte sur la dynamique des fluides gazeux et - bien entendu - sur l'énergie éolienne (son second brevet, déposé le 20 janvier 1948, porte déjà sur le « Perfectionnement aux éoliennes », N° 1.006.473).

Cependant, Lucien Romani serait sans doute tombé dans l'oubli s'il n'y avait eu l'aérogénérateur de Nogent-le-Roi qui lui permit de montrer - et de quelle manière - la mesure de son génie théorique et de son savoir-faire technique.

Lucien Romani et les Cavey:

Bien que mon père n'ait, finalement, été salarié du BEST que du 1er janvier 1955 au 30 avril 1960, il est resté en relation avec Lucien Romani jusqu'à son décès en 1990.

J'avais 8 ans en 1955 et 13 en 1960. Je me souviens des visites que nous lui rendions à lui et à son épouse, l'adorable et patiente Andrée Romani, à Verrières-le-Buisson où je buvais ses paroles comme du petit lait.

Je le revis plus tard lorsqu'avec son épouse il rendait vistie à mes parents dans le Loir-et-Cher. Le temps avait passé et j'étais devenu Ingénieur Agronome INA. Nos discussions sur ses théories de l'évolution n'en étaient que plus animées et tout aussi passionnantes.

Faire-part du remariage de Lucien Romani.

Lucien Romani, avait fait sienne les théories de William H. Sheldon (Somatotype Theory, « in Varieties Of Human Physique » Harper & Brothers, 1940), puis de Melvin Page, Henry Bieler et Elliot Abravanel, (Glandular Types Theory), selon lesquelles la psychomorphologie des individus est contrôlée par leur équilibre hormonal (théorie des types glandulaires). Selon ces théories, qui - du point de vue du biologiste - n'ont rien d'absurde, font l'hypothèse qu'il existe un lien entre certains traits physiques (allure générale, forme du visage, forme des mains) et le comportement psychique, le lien étant la ou les hormones dominantes. Il y aurait donc une typologie thyroïdienne, surrénalienne, hypophysaire, etc... Bien que je ne me sois moi-même jamais passionné pour cette théorie, j'eu la possibilité de le mettre indirectement en contact avec le Professeur Delpech qui enseignait cette théorie à la Sorbonne. C'est ainsi que le 3 août 1981, dans une lettre manuscrite, où il fait part à mon père du décès, l'année précédente, de son épouse et de son remariage Lucien Romani note : « Vous pourrez dire à votre fils qui m'a mis en rapport avec le Pr. Delpech, que je lui en suis très reconnaissant. Le Pr. est devenu un très bon ami qui m'a introduit dans le CNRS ».

Lettre autographe de Lucien Romani en 1981.

Quelques publications de ou sur Lucien Romani trouvées sur Internet :


Dernière mise à jour : 25-Mar-2013 14h22 CET

Retour en haut de la page
Retour en haut de la page