L'éolienne commentée

 

menu
Accueil
1950-1955 : prototypes
Le choix du site
La construction
L'accès au site
L'implantation du site
L'équipe
Caractéristiques techniques
L'éolienne commentée
Vues de l'éolienne
Gros plans sur l'éolienne
La station de mesures
Le basculement de l'éolienne
1959 : Record de production
Démontage du générateur
Quelques chiffres
Documentation
1966 : le ferraillage
Que reste-t-il de l'éolienne ?
Eoliennes de grande puissance
Où sont les archives ?
Lucien Romani
L. Romani et l'O.N.E.R.A.
L'éolienne et la N.A.S.A.
Remerciements
Quelques liens éoliens
Mentions légales
Carte du site
Qui suis-je ?

Rapporter un bug, un lien mort ou autre chose...
mail
favoris
Survolez la photographie avec la souris pour lire les commentaires dans une info-bulle.
(Si votre navigateur est configuré pour bloquer les pop-ups vous devrez désactiver momentanément ce blocage)
Eolienne_004.png
(Cliquez sur la photo pour la voir à sa taille réelle).
Sur la photographie officielle prise par EDF, on a rajouté quelques commentaires.
  • Piliers « Nord » : 150 tonnes de béton environ. Enterrés de 1m20 approximativement. Ils supportaient les axes de rotation de l'éolienne pour permettre son basculement sur la station de recherche.
  • Pilier « Sud » : 100 tonnes de béton environ. Il permettait l'ancrage et le verrouillage du troisième pied lorsque l'éolienne était verticale. Son décrochement permettait le basculement.
  • Depuis le pilier Nord gauche on accèdait à la plateforme en haut du tripode par un escalier que l'on aperçoit sur la photo. L'escalier permettait de monter sur une première plateforme située à la base de la partie centrale du tripode. On accèdait à celle située au sommet du tripode par une échelle verticale plaquée le long du pivot. La plateforme supérieure du tripode était à 16 mètres du sol.
  • Derrière le pilier Nord gauche on remarque les IPN permettant de recevoir le poids de l'engin lorsqu'il était en position horizontale.
  • A l'arrière de ce pilier se trouve le laboratoire de la station de recherche.
  • Au-dessus du tripode, on voit le pivot de l'éolienne (peint en rouge et blanc). Le pivot s'enfonçait sous la forme d'un cône (en noir sur la photo) dans l'axe du tripode jusqu'à la base de sa partie centrale. Il s'orientait grâce à jeu de roulement à billes (en bas du tripode) et un train de galets verticaux (en haut de la partie centrale du tripode).
  • On accédait au sommet de l'éolienne par une suite d'échelles verticales longeant le pivot entre deux profils aérodynamiques, puis contournant la nacelle supérieure située à 32 mètres du sol.
  • La nacelle supérieure abritait le générateur, le frein à disque, l'embrayage et divers équipements.
  • Chaque pale de l'hélice mesurait 15 mètres soit un diamètre de 30 mètres. A titre de comparaison, l'envergure d'un Douglas DC3 (Dakota) est de 28 mètres 90. La surface balayée est donc d'environ 707 m2.
  • Depuis le pilier Sud on remarque le câble de mine, posé sur des traverses de chemin de fer, reliant ce pied au treuil Sud.
  • Au premier plan est la quatrième pale. Elle avait été utilisée pour effectuer des tests de résistance aux efforts en laboratoire. On remarque des « pains » rouges qui sont la trace des marques laissées par les vérins de contrainte lors des tests. Sur la photographie agrandie on peut voir des trous de quelques centimètres de diamètre situés tous les 20 centimètres sur le bord d'attaque de la pale. Ce sont les emplacements des spoilers qui, en modifiant le profil du bord d'attaque et l'aérodynamisme de la pale, servaient de frein de secours en cas d'emballement. J'avais une dizaine d'années à l'époque et, avec mon frère, nous avons passé des heures à jouer les « aviateurs » acrobates sur cette « aile » grandeur nature.
  • Au fond à droite, le pylône de 60 mètres équipé d'une manche à air.

Sur cette photo, l'éolienne est orientée dans son sens de fonctionnement réel par rapport au vent (voir la manche à air sur le pylône de 60 mètres à droite de la photo). L'éolienne fonctionnait en effet en mode « girouette » : elle s'orientait face au vent, nacelle vent debout, hélice vers l'arrière.

On devine en avant de la nacelle un mât qui supportait un anémomètre permettant la mesure exacte du vent au niveau de l'éolienne. L'entrée d'air qu'on aperçoit à l'avant de la nacelle assurait le refroidissement du générateur, de l'embrayage et des autres dispositifs (voir la photo à sa taille réelle sans commentaires).

Un employé, debout sur la nacelle, donne une idée des dimensions.

Carte postale « Lapie » commentée.

Les restes de l'éolienne (Street view - 2012).

Idem vu depuis le ciel (Google Earth - 2012).


Dernière mise à jour : 16-Mar-2013 13h34 CET

Retour en haut de la page
Retour en haut de la page
rte  
Eolienne_004.png Eolienne_004.png Eolienne_004.png Eolienne_004.png Eolienne_004.png